top of page

Philippe Parrot

Avaleur d'idées, Tricoteur de mots, Agenceur de rimes !

Mais aussi, Traqueur d'émois et d'échappées...

PROCHAIN « DE BRIC ET DE BROC 67 »
DIMANCHE 10 MARS 2024

Pour écouter une musique douce, tout en lisant mes poèmes, cliquez sur le bouton du lecteur audio !
Bonne lecture à vous.
Musique libre de droit
Titre : Ceremonial Library
Auteur : Asher Fulero
Site : https://studio.youtube.com/channel/

Ceremonial LibraryAsher Fulero
00:00 / 02:05

De bric et de broc 66
 
Ta fenêtre s’ouvre-t-elle sur la Place du Marché
Où dorment sur des bancs des clochards éméchés
Tandis qu’impassible, passe un notaire en chapeau ?
Oh ! Tu t’en fous royalement. Mal dans ta peau,
Rebelle et en colère, lâchée par un père
SDF et une mère toxico, tu erres…
Placée, par défaut, dans un hôtel
Par les Services Sociaux, à quels
Miracles pouvais-tu encore croire ?
D’abattements en peines et déboires,
D’accueils en courts séjours, de dérives
En ruptures, tu as choisi l’Autre-Rive.
 
Car, dans le monde oppressant des damnés,
Plein d’histoires sordides et de destins brisés,
À survivre — quinze ans — ballottée par les flots
De mers tumultueuses privées du moindre îlot,
En ce 25 janvier, au Cap Horn des impasses,
Jonchées de songes noirs, de guerre lasse,
Le doute a disparu. Entre souffrir et mourir,
Tu as soudain tranché. À ne plus savoir rire,
À voir tes prières rester lettre morte, portées
Par l’inhumaine tempête qui brise les jetées
Où les cœurs trop amers croient se réfugier,
À ne plus espérer qu’une main prête à choyer,
Venue d’un autre temps et d’un autre univers,
Ne se tende vers toi — malgré le doux hiver —
Affamée d’espérances, détruite par tes luttes,
En révoltée, « incasable » et blessée, en butte
À trop de vexations et bien trop d’abandons,
Dans le No man's land d’une vie trop bidon,
Jalonnée de « losers » déboussolés, d’éducs
Sans vrais moyens, d’indésirables trouducs,
Pour fuir ce merdier, dans ta chambre d’hôtel
— Sur un coup de tête ? — tu t’es donnée des ailes.
 
À l’espagnolette, épuisée de crier ta détresse,
De quémander en vain un regard de tendresse,
Lasse, de lieu en lieu, de transfert en placement,
De te perdre sans jamais croiser d’êtres aimants,
Seule, devant le lit défait, dans le décor sinistre
D’une usine à sommeil où, sur le gros registre,
Ne restera de toi que le prénom — vite oublié —
D’une ado, à l’âme au peur et au revers chevillée,
À bout, sans avenir que la rage, tu t’es pendue !
Dis, Lily, trouveras-tu la paix dans les Nues ?

 

Écrit le 15/02/2024 par
philippe-par
rot-auteur.com ©
philippeparrotpoesie.com


2024-02-15 Philippe Parrot bric broc 66 (VidéoYouTube)

2024-02-15 Philippe Parrot bric broc 66 (Fichier PDF)


Ce poème est dédié à la mémoire de Lily, 15 ans, suivie par les Services Sociaux mais décédée par pendaison, le 25 janvier 2024, dans une chambre d'hôtel près de Clermont-Ferrand
 
*       *       *       *
 
De bric et de broc 65
 

Comme vraiment rien,
Hélas, ne nous retient
— Pas même, aériens,
Quelques célestes liens —
À cause de maint enjeu quotidien,
Sous prétexte de savoir ce qui est « bien
»,
— En fait, pour assouvir des désirs peu chrétiens —
Nous détruisons systématiquement ce que la Terre contient,
Cachant, derrière le prétendu « Principe de Réalité » qu’on soutient,
Une hydre : notre destructrice volonté de puissance de Terrien !

 
Écrit le 11/01/2024 par
philippe-parrot-auteur.com ©
philippeparrotpoesie.com


2024-01-11 Philippe Parrot bric broc 65 (VidéoYouTube)

2024-01-11 Philippe Parrot bric broc 65 (Fichier PDF)

*       *       *       *
 
De bric et de broc 64
 

 Nos heures s’écoulent-elles sans heurt,
Comme des gouttes d’eau de pluie ?
À remarquer que non, mon cœur
Aspire à sombrer chaque nuit.
 
Car, ses profondeurs sont si douces
À ma chair et mon âme endormies
Que viennent, à la rescousse,
Maints rêves sans répit...
 
Ils me transportent alors si loin,
Bien au-delà des terres et des toits,
Qu’en ces ailleurs, je ressens moins
Le noir désir d’en finir avec soi...
 
Bien qu’il soit tellement bête,
— Sans trop savoir pourquoi —
De n’avoir qu’en tête
De m
ourir, ma foi !
 
Écrit le 03/01/2024 par
philippe-parrot-auteur.com ©
philippeparrotpoesie.com


2024-01-03 Philippe Parrot bric broc 64 (VidéoYouTube)


2024-01-03 Philippe Parrot bric broc 64 (Fichier PDF)

*       *       *       *
 
De bric et de broc 63
 

Les lys dans les vases
— Ô blancheur étincelante,
Ô pénétrante fragrance —
En étoiles éphémères
De nos pas incertains,
Éclairent, d’un pur éclat,
Les noires nuits profondes
De nos âmes dans l’errance,
Portées par des croyances,
Écume virevoltante de sens
Et de pourquoi à la surface
D’oniriques bleus abysses
Où se fracassent nos rêves
D’impossibles rédemptions.
 
Qu’elles s’avèrent éprouvantes
Ces visions crépusculaires,
Submergées brusquement
— Au milieu des Ténèbres —
Par d’indescriptibles peurs !
 
Dans les interstices des circonvolutions
De nos cerveaux, trop souvent orientés ;
Dans les encres des pleins et des déliés
De nos mots, trop souvent incompris, se
Pourrait-il qu’un jour, une voie alternative,
Menant « Ailleurs », se glisse à notre insu ?
 
Elle allégerait le poids des consciences
Qui — à porter l’épuisant fardeau des fautes
Et des erreurs ; des hontes et des remords —
Renoncent à croire en un réconfortant possible :
L’espoir d’un « Pardon », seul vrai gage d’Amour !

 
Écrit le 13/12/2023 par
philippe-parrot-auteur.com ©

philippeparrotpoesie.com

2023-12-13 Philippe Parrot bric broc 63 (VidéoYouTube)


2023-12-13 Philippe Parrot bric broc 63 (Fichier PDF)

 *       *       *       *
 
De bric et de broc 62
 

Seul en cet endroit,
— Pour une obscure raison,
L’unique rescapé d’une
Campagne d’abattage —
Au sommet d’une ravine
Au fond de laquelle coule
Un ru discret, totalement
Recouvert de cresson, et,
Sur ses berges pentues,
De luxuriantes fougères,
Haut, élancé et puissant
— Tellement incongru
Dans sa raide posture
D’Implorant, tourné
Vers les Cieux ! —
Se dresse, en vigie
Protectrice d’une
Nature aux abois,
Un vieux chêne
Centenaire...
 
Quoique sa frondaison ait
Été sectionnée — l’amputant
De ces formes harmonieuses
Qui confèrent à « cet » arbre
Sa beauté légendaire —
Marcheurs empressés
Qui passaient par là,
Portez un bref instant
Un regard consterné sur
Son feuillage massacré
Dont le sot étêtage trahit
La volonté des hommes
De constamment dominer,
Satisfaits de couper et débiter
— D’un coup de tronçonneuse,
L’affaire d’une seconde —
Mainte branche maîtresse
Qui mirent des décennies
Pour croître puis embellir !
Impassible muette victime
Du funeste orgueil humain
Qui s’emploie à soumettre
Toute chose sur cette Terre
À ses débiles frasques !
 
Oui ! Vous qui passez par là,
Enclins à voir dans cette coupe,
L’affligeante preuve d’appartenir
À une espèce, hélas destructrices
Qui emprunte un fatal chemin,
À le regarder, majestueux
Tout de même, peut-être
Saisirez-vous combien
Nous allons bêtement
De l’avant pour tenter
D’échapper à ce qui nous
Attend tous, obsédés de ne voir
Que ce qui nous rend aveugle ; pressés
De ne désirer que ce qui bientôt s’évanouira ;
Obnubilés de ne faire que ce qui nous pousse à
Défaire ; disposés à ne bavasser que pour mieux fuir
La peur des oppressantes vérités tapies dans nos silences ?
 
Ne nous reste plus alors
Pour échapper au Temps
Qu’à s’arrêter une minute
Au pied de son tronc digne
Afin qu’il nous enseigne
Sa mutique sagesse
Qui lui fait accepter
Les aléas du monde
Et sa propre finitude
Avec tant de hauteur !

 
Écrit le 07/12/2023 par
philippe-parrot-auteur.com ©
philippeparrotpoesie.com


2023-12-07 Philippe Parrot bric broc 62 (VidéoYouTube)

2023-12-07 Philippe Parrot bric broc 62 (Fichier PDF)

 *       *       *       *
 
De bric et de broc 61
 

À errer dans les rues
En butte au radical déni
Du monde qui l’entoure,
Elle hait le bonheur factice
De nous autres, sots adultes
Vendus aux marchandises.
 
Du haut de ses quinze ans,
— En vestale de la Mort
Qui l’habite et l’attire —
Elle s’affiche « gothique »
Et voue un culte morbide
Aux anges destructeurs.
 
Maquillage outrancier
— Ses lèvres rouge écarlate,
Le pourtour de ses yeux
Tout noirci par du khôl —
D’un air archiprovocateur,
Elle toise les badauds.
 
Des piercings sur les lèvres,
Deux boucles dans le nez,
Des anneaux aux oreilles,
Elle arbore ces métaux,
Lourde armure dérisoire
De quels stériles combats ?
 
En diablesse aguicheuse,
Dans son short ultra-court
Et ses bas noirs résille
— Sciemment lacérés pour
À coup sûr choquer —
Elle se sait sulfureuse.
 

*       *       *       *
 
Quand le vent se lèvera
Pour pousser au loin
Les étoiles rageuses
Brillant dans ses yeux,
Parmi les feux du Monde,
Qui percevra les siens ?
 
Personne ! Elle dérange
Tellement nos chers
Bonheurs terrestres
Qu’une chape pesante
Étouffe nos cœurs froids.
Chacun la croise sans la voir.
 
Au bout de quelle nuit,
Au terme de quel voyage,
Son ombre est-elle passée
Dans mon champ de vision ?
Dans l’aube de la folle cité,
La croiser m’a troublé !
 
Je n’oublierai jamais ce
Visage livide, inquiétant
À dessein, ce regard
Pénétrant dévoré par
Des flammes d’enfer.
Quelle colère cachait-il ?

 
Écrit le 30/11/2023 par
philippe-parrot-auteur.com ©
philippeparrotpoesie.com


2023-11-30 Philippe Parrot bric broc 61 (VidéoYouTube)

2023-11-30 Philippe Parrot bric broc 61 (Fichier PDF)

 *       *       *       *

De bric et de broc 60
 

Dans l’aire
De nos esprits
Heureusement qu’une

Kyrielle de représentations
— Conceptuelles ou imagées —
Nourrissent nos êtres insatisfaits !
 
Elles suscitent
Dans nos cœurs
De fulgurants émois.
 
Elles génèrent
Dans nos voix
De vibrants accents.
 
Elles enfantent
Dans nos mains
De belles créations.
 
Elles engendrent
Dans nos poitrines
De permanents désirs.
 
Ainsi donnent-elles un sens
À nos destins anonymes
D’hommes déboussolés,
Perdus dans les cités,
Noyés parmi la foule !
 
À nous aider aussi
À structurer le Temps :
Le passé en souvenirs,
Le présent en actions,
Le futur en projets,
Elles inscrivent
Nos vies dans un
Devenir structurant
Jusqu’au jour du départ
Où elles se dissoudront,
Délaissées par nos corps,
Tant usés par les ans
Qu’ils rêvent de Néant.

 
Écrit le 23/11/2023 par
philippe-parrot-auteur.com ©
philippeparrotpoesie.com


2023-11-23 Philippe Parrot bric broc 60 (VidéoYouTube)


2023-11-23 Philippe Parrot bric broc 60 (Fichier PDF)

 

De bric et de broc 59

 

Ô nos vies trop fugaces !

Au fil des années qui passent,

Pourquoi nos cœurs s’en lassent ?

 

Tandis que la Terre, à désormais se réchauffer,

S’engage dans une ère qui ne fait pas kiffer,

L’Univers s’en fout de nous voir étouffer.

 

Quant à nous — à devoir croiser, désemparés,

Tant d’existences brisées par les guerres sans arrêt —

Nous doutons qu’un jour, nous cessions de nous bagarrer.

 

Écrit le 15/11/2023 par

philippe-parrot-auteur.com ©

philippeparrotpoesie.com

2023-11-15 Philippe Parrot bric broc 59 (VidéoYouTube)

2023-11-15 Philippe Parrot bric broc 59 (Fichier PDF)

 

*       *       *       *


De bric et de broc 58
 
Veillons à regarder, autour de nous,
Le Monde ! À prendre quelque hauteur,
Nos yeux sauront voir — a
u fil des heures —
Ce qui no
us fait — obscurément — tenir debout.
 
Derrière nos « beaux » p
rincipes, ce sont, en fait,
Nos âmes noires — avides de sexe et de pouvoir —
Aveugles et ténébreuses, toujours en quête de gloire,
Qui poussent à de fatales actions nos êtres insatisfaits.
 
Heureusement, le Temps s’écoule et, comme nous, s’en va.
Les hommes disparaissent… Et leurs ignominies aussi ! Noyées
Dans les courants de l’Histoire, loin des foules avec leurs « vivats ! »,
 
Restent nos belles amours, aux souvenirs choyés !
Hélas — avec nous partant — elles aussi sombreront,
Ne laissant nulle trace. Pas même, dans l’eau, des ronds !

 
Poème écrit le 08/11/2023
par philippe-parrot-auteur.com ©


2023-11-08 Phlippe Parrot bric broc 58 (Vidéo YouTube)

2023-11-08 Phlippe Parrot bric broc 58 (Fichier PDF)

 
*       *       *       *

De bric et de broc 57
 
Quelle place ici-bas ?
 
Comment vois-tu donc la Vie ?
En fait, je ne l’anticipe nullement !
Elle nous joue trop d’impensables tours.
Imprévisible, des hommes Elle n’a que faire !
 
Sans jamais demander notre avis,
Sans jamais se soucier de savoir réellement
Où — et pourquoi — Elle va, à chacun de ses détours,
Créateurs ou délétères, Elle ne songe qu’à ses seules affaires.
 
*       *       *       *
 
Dès lors, j’en ai pris mon parti ! À devoir constater
Notre impuissance à contrer ses incessantes frasques,
Je vis au jour le jour, sans faire de projet, sans avoir de foi.
Pourtant, je sais m’émerveiller, encore, à la moindre occasion !
 
Voilà pourquoi — chaque matin — à mon lever, sans me hâter,
J’ose attendre du cours fuyant du Temps, accroché à ses basques,
Qu’il me mène jusqu’à demain et qu’au hasard de ces heures, une fois,
Survienne « l’Inespéré » qui seul insuffle, en moi, sens, audace et émotion.
 
Poème écrit le 02/11/2023
par philippe-parrot-auteur.com ©


2023-11-02 Philippe Parrot bric broc 57 (VidéoYouTube)

2023-11-02 Philippe Parrot bric broc 57 (Fichier PDF)

 *      *       *       *

De bric et de broc 56

 
Un escargot de bourgogne,
Patient, laisse un filet de bave
Sur l’asphalte. Un cochon grogne,
Estimant que tant de lenteur le gave.
 
Ils font un marathon mais ont la trouille
Puisqu’en chiens de faïence, ils se toisent.
Quant aux tortues, faut qu’elles se grouillent !
Eh ! Qui paiera les quelques euros de l’ardoise ?
 
Une drôlesse cacochyme, à l’encéphalogramme plat,
Materne un alcoolo, au fond d’une bouche d’égout, sur
Le parcours qui conduit à l’océan, aux abords d’une villa
Où pisse un éléphant sans trompe, élégant en chaussure.
 
Et s’il exigeait, en sus, un extra et qu’ils s’envoient en l’air ?
Hélas, c’est pas sa première dérive sur une mer loin d’être bleu
Où des requins-marteaux joueurs tapent sur les doigts d’écuyères,
À cheval sur de mâles hippocampes qui squattent les fonds sableux.
 
À la soûler de conneries, il a beau dégoiser haut et fort qu’elle n’est pas
Aussi explosive qu’un robinet de gaz — ouvert ! — qui n’attend plus
Que l’allumette, quand elle s’écrie « Au feu » en brûlant une kippa,
Une kyrielle de pompiers, au son des murènes, en ont la berlue.
 
Il devrait plus délirer de la sorte, jour et nuit, à toute heure.
Faudrait qu’un ange sans aile le sevre car à quoi ça sert de dire
N’importe quoi si ses mots débiles n’occultent pas nos noirceurs ;
Si ses maux secrets ne cachent pas nos laideurs, dans sa ligne de mire ?
 
Poème écrit le 25/10/2023
par philippe-parrot-auteur.com ©


2023-10-25 Philippe Parrot bric broc 56 (VidéoYouTube)

2023-10-25 Philippe Parrot bric broc 56 (Fichier PDF)
 
*      *       *       *
 
De bric et de broc 55

 
Qui donc, parmi nous, aurait assez de certitudes
Et assez de courage ? Quelle voix avec exactitude
Ou quel poing avec conviction, aurait assez de poids
Pour faire entendre un « Non ! », aussi fort que la Loi,
Et figer — net — les pas de nos « Danses Macabres » ?
À ne plus vouloir reconnaître les bienfaits des palabres
— Aussi oiseuses soient-elles — pour tracer un chemin,
Sensé et respectueux, où nous nous donnerions la main,
Où que nos yeux se tournent, en ces temps mortifères,
Nous ne voyons que des guerres. Partout sur la Terre
Que des viols et tueries... massacres et génocides !
À octroyer au soldat l’inhumain droit à l’homicide,
Religieux et politiques envoient au « casse-pipe »
Des jeunes fiers d’aller mourir pour des Principes.
Dans nos êtres oppressés, un cri s’élève pourtant
Qui voudrait exorciser nos désarrois de l’instant.
Comme vous, j’entends sonner tellement de glas
Qu’impuissant, j’en ai le vertige ! Très loin ou là,
À voir dans les sanglantes actions des hommes
Les failles de ce Monde, les déchirures comme
Les vices de nos âmes, effaré, je me suis retiré.
Et pour — à mon niveau — cesser d’être déchiré
Et croire pouvoir occulter ce sang qui coule à flots,
J’ai opté pour les « mots » qui, hélas, s’en vont au galop.
Et, quand bien même mes angoisses demeurent et ma tristesse
Persiste, poète, je chasse l’horreur en me soûlant de leurs caresses.
 
Poème écrit le 14/10/2023
par philippe-parrot-auteur.com ©


2023-10-14  Philippe Parrot bric broc 55 (VidéoYouTube)

 

2023-10-14  Philippe Parrot bric broc 55 (Fichier PDF)
 
*       *       *       *
 
De bric et de broc 54

 
Sous un soleil de plomb
Aux abords de ces grèves
Où les corps s’abandonnent
Tandis que les esprits s’étiolent,
Avant que n’arrive, avec le soir,
L’envoûtant cortège d’heures
Où les songes prospèrent,
Se pourrait-il qu’un jour
Une force indomptable
— Créée par l’énergie tapie
Dans l’Univers — fusionne
« Visible » et « Invisible » dans
Une originelle et chaude matrice
Au point que la chair ne connaisse
Plus de fin et la pensée de limites,
Chacune mue par un si bel élan
De nature céleste, que la mort
Bannie s’exilerait à jamais ?
 
Poème écrit le 30/09/2023
par philip
pe-parrot-auteur.com ©


2023-09-30 Philippe Parrot bric broc 54 (VidéoYouTube)

 

2023-09-30 Philippe Parrot bric broc 54 (Fichier PDF)

*       *       *       *
 
De bric et de broc 53

 
O ublie, à traîner sur le rivage, seu L,
C ombien pèse un rêve inaccompl I !
É  touffé par l’âpreté de l’existenc E,
A  u final, tes désirs s’en sont allé S.
e te reste que de pesants regret S.
E lle vient pourtant de la mer, la Vi  E !
S oit ! Rejoins-la dans ses abysse  S !
 
Poème écrit le 23/09/2023
par philippe-parrot-auteur.com ©


2023-09-23 Philippe Parrot bric broc 53 (VidéoYouTube)

 

2023-09-23 Philippe Parrot bric broc 23 (Fichier PDF)

*       *       *       *
 
De bric et de broc 52
 
À J.H
 
Il régnait en ces lieux —
Sous le toit de l’immeuble
D’un Paris populaire —
En ce début septembre
La chaude atmosphère
De l’été qui se meurt...
 
La porte à peine ouverte,
Une sale odeur, putride,
Dans l’air ambiant vicié,
— De bien mauvais augure —
D’emblée, a gagné nos narines.
Pourtant, nous n’osions y songer !
 
Le silence était lourd,
Générateur de craintes.
Quoiqu’on ne vît personne,
À l’agencement des pièces,
Chacun devinait que tu vivais
Bien là, protégée par ces murs.
 
Devant nous, un vestibule large et court !
À gauche… un salon ouvert et lumineux
Où trônaient, épars, quelques meubles ;
À droite… un clair espace agencé lui aussi
Que mes yeux n’eurent le temps de scruter
Tant mon inexorable marche me poussait...
 
Vers l’unique pièce que nous ne pouvions pas
Embrasser du regard. Au fond, face à l’entrée !
Dans son entrebâillement, je me suis avancé...
Il y avait un grand lit, à la blanche couverture,
Qui occupait la chambre et captait l’attention.
Il n’était pas défait. Je n’observais que lui...
 
Avec hésitation, j’ai dépassé le seuil et je t’ai aperçue.
D’abord tes pieds, chaussés, perpendiculaires au sol...
Puis, le bas de ton « Levi’s »... Je n’en voyais pas plus.
Mais — de suite — j’ai compris pourquoi tes absences
Répétées inquiétaient tous tes proches. La gorge sèche,
L’esprit tenaillé par l’angoisse, j’ai progressé d’un pas.
 
Repoussant l’évidence, l’idée m’a traversé une fulgurante
Seconde que mes sens m’abusaient ! J’ai dit à haute voix :
« Elle est là ! », voulant croire sottement qu’« Elle » allait se lever,
Ne pouvant accepter — voire m’y refusant — que son sort fût scellé.
Mon être sidéré niait la vérité d’un monde absurde, inique et trop cruel.
J’ai répété encore, pour sûr, pour me convaincre : « Elle est là ! ». En effet,
 
Tu gisais sur le sol, couchée sur le dos, éternelle Endormie,
Partie depuis des jours vers ces Contrées Lointaines
Dont nous ne savons rien, sinon qu’après toi
— Et tant d’autres ! — nous devrons y errer.
En quelqu’endroit qu’elles mènent, j’espère
Toutefois que ton âme libérée saura s’y reposer.
 
Poème écrit le 03/09/2023
par
philippe-parrot-auteur.com ©


2023-09-03 Philippe Parrot bric broc 52 (VidéoYouTube)

 

2023-09-03 Philippe Parrot bric broc 52 (Fichier PDF)
 
*      *       *       *
 
De bric et de broc 51
 
À cause du chaud soleil d’été,
La pomme s’avère sucrée !
Au nom de son bref avenir,
Le ver pourrit la pomme !
 
À cause de ses affamés petits,
L’oiseau dégurgite le ver !
Au nom du « plus fort »,
Le loup dévore l’oiseau !
 
À cause de ses haines féroces,
L’homme extermine le loup !
Au nom des mêmes raisons,
Les tyrans égorgent l’homme !
 
À cause de leur infinie grandeur,
Les galaxies ignorent les tyrans !
Au nom de leur future disparition,
Les âmes honnissent les galaxies !
 
À cause de cette heure du Néant inéluctable,
Le Silence bâillonnera un jour les âmes !
Au nom de cette tragique fin du monde,
Amour et sens sombreront dans le Silence !
 
Poème écrit le 26/08/2023
par
philippe-parrot-auteur.com ©


2023-08-26 Philippe Parrot bric broc 51 (VidéoYouTube)

 

2023-08-26 Philippe Parrot bric broc 51 (Fichier PDF)
 

Si vous souhaitez faire un commentaire, veuillez vous rendre au bas de la page : "Actualités du site" où vous trouverez un formulaire de contact. Merci d'avance.

bottom of page